Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2016

Espa'mag n°29 (mars 2016)

Espa'mag n°29 (mars 2016)

Édito : La musique hispanique est si variée qu'on n'arrêtera jamais d'être surpris par tant de douceur, tant d'énergie, par tant de poésie ou tant d'amusement. Même les paroles les plus dures, chantées en espagnol, se trouveraient allégées. Retrouvez une fois de plus de nombreuses chansons joyeuses, optimistes. Les films et documentaires latino-américains sont très en vogue en ce moment : Le Bouton de Nacre de Patricio Guzman a été nommé aux César, et de très nombreux autres sont à l'affiche : Allende, mon grand-père; Chala, une enfance cubaine; El Clan, etc. Faites connaissance avec le gagnant du prix Pritzker; découvrez une campagne emplie de nostalgie et continuez à flirter avec l'espagnol ! Bonne lecture à toutes et à tous !

 

Sommaire :

Musique

La campagne : ''las palabras olvidadas''

Vocable (reportage)

En Amérique latine

 

Musique :

Green Valley, ''Sigo caminando'' : Une musique reggae et ça repart ! On a envie de cheminer avec ce groupe catalan qui inspire beaucoup de sérénité. 

--

Leo Rojas,''Celeste'' : Aucune parole, juste des mots par instants. Mais cela ne m'empêche pas d'apprécier la grande qualité musicale de ses œuvres. Des instruments étonnants qui délivrent une joie de vivre incroyable, tout comme le clip et ses figurants : 

--

Los Aslándticos, ''mi primer día'' : Une petite bataille qui fait toujours peur au début, mais que nous réussissons toujours par surmonter : le premier jour. Changez d'opinion, de chemin, de vie, lorsque vous en avez envie ! 

--

Joaquín Calderón, ''Soy como puedo'' : Une petite chanson pour s'apaiser en toutes circonstances. On aimerait tous pouvoir être libres de dire des méchancetés. Certains ne s'en privent pas, d'autres on plus de scrupules. 

--

Les anciens (ceux déjà présentés dans l'espa'mag, mais qui sortent un single/album ou un clip)

La Yegros, ''Chicha roja'' : Un très bel album s'annonce, trois ans après son premier ''Viene de mi'' qui avait fait un carton notamment avec son titre phare éponyme qui avait pas mal conquis les radios. La chanteuse nous réinvite pour un tour de l'Amérique latine sous une double-facette : celle actuelle et celle du passé. 

Article presse : http://www.fipradio.fr/actualites/exclu-chicha-roja-le-no...

--

El Kanka, ''Pudo pasar'' : L'animation est tellement bien réalisée que les images sont fortes. C'est peut être un message à tous ceux qui utilisent les écouteurs à outrance et s'en servent même lorsqu'ils auraient plutôt besoin d'être alertes, parfaitement conscients de ce qui les entourent ? 

--

Rozalen, Será mejor : Poétique, travaillé, optimiste. 

 

La campagne - ''Las palabras olvidadas''

Utiliser les réseaux sociaux pour remettre au goût du jour certains mots, certaines expressions : une bonne idée ? Les espagnols n'utilisent ''que'' 2 000 mots des quelques 94 000 que compte leur dictionnaire. L'initiative a fait parler d'elle sur le moment, mais ne semble pas avoir été très largement suivie. C'est que le monde va vite... et il y a de moins en moins de temps pour regarder en arrière. Pourtant, il y a des pépites à découvrir : 

 

Vocable (reportage)

Architecture - 

Transcripción : Es considerado el Premio Nobel para los arquitectos. El Chileno Alejandro Aravena ganó este miércoles el prestigioso Premio Pritzker de arquitectura 2016. Con 48 años de edad, Aravena va a recibir 100 000 dólares y una medalla de bronce en una ceremonia en la sede de las Naciones Unidas en Nueva York. El laureado ha realizado obras reconocidas en la Universidad Católica de Chile, Santiago, pero también en Estados Unidos, China e Italia. Se trata del cuarto arquitecto latinoamericano que gana el premio en 41 ediciones y el primero de Chile. El mexicano Luis Barragán lo obtuvo en 1980 y los brasileños Oscar Niemeyer y Paulo Mendes Da Rocha en 1988 y 2006.

 

En Amérique latine

El Clan, de Pablo Trapero (Argentine) – Effrayante, cette bance-annonce donne des frissons. Des images et situations chocs qui donnent envie de voir ce thriller, hélas, inspiré d'une histoire vraie : 

 

Chala, une enfance cubaine – Si ce film soulève des questions d'éducation récurrentes et très difficiles, il est aussi l'ode d'une époque innocente et pas aussi fastidieuse que cela : 

Merci à toutes et à tous d'avoir encore une fois donné sa chance à ce petit mensuel qui deviendra grand (n'est-ce pas qu'il le deviendra ?). C'est un plaisir comme toujours de partager avec vous la beauté et la richesse de cette langue.

23:08 Publié dans Espagnol | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire