Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2015

Motivation (352)

C'est juste incroyable. Et pourtant... Je ne cesse de revisionner, plus d'un an après cet exploit, la finale féminine des championnats du monde du relais 4*400 mètres. Beaucoup de moments de ma vie font allusion à cette course que je considère mythique. Etant entraîneur d'athlétisme, je me retrouve à côtoyer des très jeunes athlètes qui adorent les courses sous forme de relais. Quelle joie que de sentir l'émulation que cela leur procure ! N'abandonnez jamais votre rêve, même si tout le monde pense que vous ne parviendrez pas à l'atteindre, seuls vous pouvez décider de le mener à terme : 

00:34 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2015

Humor'athlé (321)

Alors que les mondiaux d'athlétisme vont bientôt commencer à Pékin, et que tous les regards sont tournés vers la fédération qui n'est pas si loin d'annoncer un scandale (un peu à la manière de celui qu'a dû digérer la FIFA il y a quelque peu, mais en beaucoup moins médiatisé), il est temps de prendre le sport comme un jeu et un moyen de se faire plaisir. De parfaits inconnus m'ont font rire pendant des années, et ont produit un sketch sur le sport que je pratique; donc je n'hésite pas à vous le partager. Parmi les autres sketchs, je suis un gran fan de "Les radios libres" et "Les vigiles". 

23:55 Publié dans Humour, Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

22/07/2015

Yépa (296)

Je ne cesse de me coucher tard ces temps-ci. Il y a une raison à cela : mon zèle d'amour à la vie, à l'espoir et à l'optimisme. Faire des découvertes, renouveler incessamment l'expérience de mes passions, créer des objectifs, les accomplir, etc. Evidemment mes journées sont complètes, pas de répits, mais que de joie, que de bonne humeur et de délectations tant bien intellectuelles que physiques !

Dernière découverte musicale en date : Yépa, avec son titre "A moitié", il ne fait pas les choses... (bon, je sais, elle était nulle celle-là) : 

--

Le Japon connaît une petite frayeur en ce moment quant à l'organisation des Jeux Olympiques de 2020. Son stade qui devait être le plus cher des Jeux Olympiques modernes avec une coquette somme annoncée de 1.9 milliard d'euros (soit le double du projet initial lorsqu'il a été validé par le CIO), ne sera finalement pas achevé pour bon nombre de raisons : son coût exorbitant, son emplacement (aucune tour de plus de vingt mètres n'est acceptée aux alentours et ce bâtiment modifierait grandement le paysage), la non-réutilisation de celui-ci après les JO. Ce stade qui devait accueillir la coupe du monde de rugby de 2019 ne pourra plus le faire puisque la demande de candidatures pour imaginer un nouveau complexe prévoit sa construction pour le printemps 2020.

Je demande à la France d'être honnête quant aux prix qu'elle annonce, ainsi que de profiter au maximum des installations qu'elle va construire dans le futur. Pour que cette grande fête du sport ne soit pas gâcher par tous les imprévus, par toutes les tendances financières et publicitaires qui envahissent le domaine sportif, il est impératif de mener une refonte complète du concept. Et pour cela, n'attendons pas notre prochaine candidature (si celle pour ceux de 2024 n'est pas sélectionnée)...

00:49 Publié dans Musique, Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

30/06/2015

La Grèce excite et le Grexit (281)

Indiegogo est selon ses propres termes "la plus grande plateforme de financement participatif du monde". Il est apparu il y a deux jours une page pour trouver des fonds dont la Grèce a absolument besoin d'avoir dans les jours à venir pour ne pas être en défaut de paiement. Chacun peut donner un petit pécule avec en retour un petit cadeau sympathique. 1.6 milliard d'euros sont tout de même à trouver ! La page affichait 250 000€ de dons vers 20h soit 0.02% de la somme totale. Il ne reste plus que 5 jours pour aider à remettre sur pied un pays ! [hélas, à l'instant où je poste cette blognote, la page affiche des problèmes étant donné le succès qu'elle rencontre (énormément de médias ont publié aujourd'hui un article sur celle-ci) :  https://www.indiegogo.com/projects/greek-bailout-fund#/st...

--

Aucun obstacle ne m'arrêtera sur ma chevauchée vers l’accomplissement de mes projets, de moi-même et de mes plus profondes convictions. Merci ElectricNana pour tes chansons pleines de vie ! "I won't stop" : 

--

Le cynisme de cette vidéo est particulièrement brillant. Malheureusement, la vidéo ne reflète pas non plus les bons côtés d'une telle organisation; mais elle a sans doute raison sur le fait que les Jeux Olympiques sont plus néfastes que bons pour la planète et le travail.

Mr Mondialisation et les JO - https://mrmondialisation.org/du-mcdo-et-des-jeux/

Il faut soutenir Paris 2024 car c'est une candidature différente que nous proposons avec la réutilisation des logements et d'une partie des installations qui seront construites pour l'occasion (comme à Londres 2012). Mais aussi parce que nous avons une pépinière de talents qui serait enchantée de s'exprimer face à un public totalement acquis à sa cause pour les pousser plus loin dans leurs réalisations athlétiques. Réfléchissons à une manière plus saine d'organiser des Jeux tout en gardant la qualité de vie qu'ils apportent.

07/02/2015

Courir (156)

J'aurais pu vous ressortir la chanson de Kyo et celle de Boulevard des airs qui ont toutes les deux pour titre "Je cours"; mais ce n'était pas mon intention ce soir.

En réalité, je voulais vous parler du non-égoïsme des coureurs. L'athlétisme est un sport très individuel (même s'il ne l'est pas entièrement, en tout cas, pas pour toutes les épreuves), certes, mais les athlètes ne sont pas pour autant des individualistes, des personnes nombrilistes. Personne ne peut et ne doit se dire d'un athlète qu'il devrait mieux utiliser son temps à faire des choses plus utiles. Comment déjà peut-on se targuer de connaître les normes de l'utilité ? Et le plus souvent, ce sont les athlètes qui ont un grand cœur. En fait, bien souvent, ils se réalisent eux-mêmes, deviennent des personnes plus seines de l'intérieur et le redistribuent à l'extérieur. Rien de scientifique là-dedans; rien que ma mince constatation.

J'ai été assez surpris aujourd'hui par une de mes lectures (Emile, de Jean Echenoz) qui s'est révélée beaucoup plus intéressante que ce que je voulais bien lui "donner en crédits". Une bien belle surprise, un tour de force réalisé par cet auteur de littérature contemporaine. Relatant, presque de manière biographique, la vie du grand coureur tchécoslovaque Emile Zátopek ayant remporté trois médailles sur la même olympique d'Helsinki en 1952 sur 5000m, 10 000m et marathon. L'ambiance politique de l'époque est asphyxiante, mais le coureur lui continue à montrer ses grimaces qui cachent une étonnante facilité et déconcerte toujours les journalistes. Cette oeuvre est une critique de la surmédiatisation des événements sportifs, ainsi qu'un panorama des conditions d'entraînement, de préparation et de course des années 50. Court (140 pages) et très bien écrit (style épuré et drôle), ce roman ne saura se défaire de vos petites mains frêles qui sauront agripper la prochaine fois que vous vous baladerez dans un rayon de littérature du Jean Echenoz ! Je remercie ma professeure de littérature contemporaine, sans qui je ne serais jamais tombé sur cette petite merveille.

27/12/2014

Pas le seul en retard (114)

Je fais partie de ces personnes qui détestent être en retard. C'est presque une phobie. Il faut que j'arrive au moins cinq minutes en avance. J'en tire souvent partie pour aborder les personnes environnantes; mais parfois l'attente est longue. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est viscéral, je ne peux pas m'en empêcher. Il m'arrive pourtant parfois d'être en retard pour poster la blognote journalière (trois fois ce mois-ci, mais jamais auparavant); mais c'est uniquement lorsque je me suis bien habitué à l'événement (déjà presque une centaine de notes avaient été publiées) ou à la personne (et encore... c'est rare et dans 99% des cas involontaire). Enfin bref, tout cela pour être un peu mauvais et embrayer sur notre chère compagnie qui nous propose des trajets en train : j'ai nommé la SNCF.

De quel droit se permettent-ils d'augmenter le billet de 2.6% en moyenne pour 2015 ? Soi-disant que cette augmentation est "nécessaire à l'amélioration de la qualité du service offert aux voyageurs. Mais de qui se moque-t-on ? (ce n'est pas une question !). Comment une entreprise qui a payé des millions supplémentaires pour une sottise ose nous le faire rembourser dès l'année suivante ? Alors je sais qu'ils n'ont pas fait leur traditionnelle hausse de janvier en 2014; mais rien ne justifie qu'ils la fasse. Arrêtons déjà les dépenses à outrance et injustifiées :

*des nouveaux costumes pour les agents de la SNCF pour un contrat de 15 millions d'euros la première année

*la SNCF fait 224 millions d'euros de bénéfices au 1er semestre 2014 : où passent-ils ?

*des quais trop courts pour accueillir les nouvelles rames commandées : résultat de la "bourde" 50 millions d'euros dans de la rénovation ''inutile''

Avec une gestion pareille de ses économies (7,4 milliards de dette), et de la qualité de son service (trains en retard, grèves, etc.), comment peut-elle oser continuer à nous demander plus d'argent ? Je le demande d'autant plus que je ne l'utilise très rarement, mais je me sens concerné car c'est un sujet qui touche beaucoup de personnes et me touche plusieurs fois à l'année, et me paraît important au vu du nombre de millions amassés et envolés.

--

Je souhaitais tiré mon chapeau au concours de formule 1 totalement électrique appelé "Formule E". Il est diffusé dans le plus grand anonymat sur Sport+. Dommage que seule une voiture a été homologuée. Mais je suppose que d'autres vont venir s'ajouter à la liste. Dommage également que les monoplaces ne puissent aller "qu'à" 225 kilomètres par heure contre presque 365 en Formule 1. Et dommage enfin que les batteries ne soient pas encore assez performantes pour tenir tout un grand prix (ceux-ci sont plus courts que ceux de F1 et le pilote doit changer de voiture à mi-course !). Mais la Formule E est l'avenir du sport automobile et surtout la preuve concrète que les voitures électriques vont émerger sur nos routes dans les prochaines années.

Ils ont déjà prévu de décliner le concept en créant un championnat de cinq cours pour les 11-16 ans afin de les sensibiliser aux énergies durables.

Un accrochage spectaculaire lors du premier grand prix se déroulant à Pékin :

--

Je soupçonne que des milliers de talents se cachent sur la planète et deviennent "populaires" par de plus en plus de moyens. Je suis passé jusqu'à aujourd'hui à côté de Bridgit Mendler (chanteuse et actrice américaine (et plein d'autres titres selon wikipédia que je ne recopierais pas car je trouve cela pompeux et parfaitement inutile de savoir qu'elle est également "musicienne, interprète, compositeure et auteure (chansons)" (ah bah finalement je l'ai dis. Son titre "Top of the world" en acoustique m'a fait chaviré (histoire de rester dans la thématique des bateaux) : 

29/11/2014

Lepic à pic ! (086)

Cela tourne au vinaigre pour les Boulet et les Lepic, et on adore ça (si, si, vous adorez ça aussi !). Le premier épisode de la nouvelle saison (7) était prévu pour être diffusé le 3 décembre sur France 2; mais la chaîne a décidé de le diffuser une semaine plus tôt sur internet ! Oui, vous avez bien lu, vous pouvez déjà voir en intégralité le premier épisode : http://www.france2.fr/emissions/fais-pas-ci-fais-pas-ca

Dans cet extrait, Renaud a quelque soucis à cacher l'endroit où il se trouve et cela pourrait lui porter préjudice :

Malheureusement, cette saison ne comportera que 6 épisodes au lieu de 8, car les acteurs de la série sont plutôt demandés au cinéma en ce moment !

--

Je suis actuellement en formation 1er degré entraîneur d'athlétisme avec comme spécialisation demi-fond/marche et je suis absolument fan du concept. Pendant trois jours, je vais recevoir de la théorie, et pratiquer (et voir comment le pratique les autres) et je vais pouvoir échanger avec ceux qui dans la région partagent la même envie que moi ! Un univers passionnant, pour passionnés, que j'aimerais recréé dans d'autres domaines comme en espagnol (mais avec quel concept ? quelles personnes ?)...

--

J'ai émis à un ami la proposition d'un projet concernant la culture latinoaméricaine et il avait l'air plutôt "emballé" par le concept... même si son sens de la régularité laisse à désirer et qu'il m'a bien spécifié qu'il avait des doutes à s'engager dans un tel projet. Néanmoins, j'ai une si grande confiance en ses capacités, et en ma motivation pour mener à bien mon idée que vous pourriez peut-être bien me recroiser... dans de courtes vidéos, dont on vous reparlera lorsque le projet ce sera précisé !

22/10/2014

Samba ! (048)

Samba

Pas super "emballé" par la bande-annonce de Samba, j'ai tout de même opté pour aller voir ce film des désormais deux célèbres compères : Eric Toledano et Olivier Nakache. Très touché par Intouchables (je ne pouvais pas me permettre de l'éviter), j'ai voulu refaire l'expérience d'un film avec Omar Sy et... je n'ai pas été déçu ! Contrairement à ce que nous laisse la bande-annonce (misérabilisme et semblant d'humour), le film réussit à émouvoir et à faire rire ! Il y a ces moments prenants où on se sent pris à partie, ces moments où on rentre dans l'intimité de deux êtres qui apprenent à se découvrir, ces moments drôles avec des comiques de situation, des comiques de répétition, etc. Je ne connaissais pas Charlotte Gainsbourg et je trouve qu'elle se défend bien dans son rôle, même si ce n'est pas celui que je préfère dans les "second rôles" (entre guillemets car en réalité c'est un premier rôle, mais comme il y a Omar, on ne peut que relayer tous les autres personnages au deuxième...). La presse loue le film avec 3.7 sur Allociné (comme Intouchables), le public un peu moins (3.3 et "seulement" 10ème meilleur démarrage de l'année). Allez, hop, hop, hop, il faut aller acheter sa place !

Et aussi...

Je n'avais pas tilté à son visionnage -seulement en faisant quelques recherches sur ce nouveau film- mais les réalisateur de "Samba" et d'"Intouchables" ont également réalisé "Nos jours heureux", une excellente comédie sur les colonies de vacances (on y retrouve au passage Omar Sy et Jean Benguigui).

Et aussi 2...

Samba, comme le dit lui-même le personnage dans le film (interprété par Omar Sy donc), c'est comme la danse... et moi cela me fait penser à cette musique et me remet de bonne humeur ! 

https://www.youtube.com/watch?v=Bx1iclqbNyM

Vivement les Jeux Olympiques de Rio en 2016 !

--

Automne

Les feuilles de l'automne sont revenues dans les rues (rime involontaire) ! Pour ceux qui sont en déperdition d'images de feuilles mortes jonchant les allées, je vous recommande l'excellent moteur de recherche google qui vous en proposera des milliers (au minimum) ! J'adore ce bruit grinçant qu'elles font lorsque mes pieds les font glisser de quelques centimètres. Mais à la fois, elles sont aussi le sujet de ma petite hantise lorsque je vais faire mon footing; j'ai dû me rééquilibrer à plusieurs reprises pour ne pas tomber (comme je vais à une plutôt bonne allure, oui à partir de 15km/h, on peut considérer cela bon, à mon humble avis). Mais bon, on ne peut pas demander aux feuilles de ne pas être glissantes... et on ne peut pas non plus demander à ce qu'elles soient ramassées... autant se réjouir du bonheur qu'elles apportent lors de la marche et se convaincre que les frayeurs qu'elles nous apportent lors de la course sont bénéfiques pour améliorer l'équilibre, les relances, etc. C'est cela d'être d'être positiviste...

La pluie entre octobre et décembre est lourde, parce que... l'eau tonne !

--

Rêves

2014-10-17 00.59.11.jpg

 

 

 

 (je m'excuse, par avance, pour les torticolis que cette image va provoquer)

 

 

 

 

J'ignore totalement pourquoi elle s'affiche de travers, peut-être ose-t-elle me défier ? Dans tous les cas, cette publicité à l'arrêt de bus m'a remis sur pied... enfin quelqu'un qui pense comme moi ! Seulement, c'était pour une marque de jeans à 50€, je l'ai un peu en travers de la gorge là pour le coup... nous n'avons ni les mêmes rêves, ni les mêmes valeurs je crois. Chacun suit son rêve dans son coin alors ? Du moment qu'on ne se décourage pas, moi cela me va ! Mais je trouve cela très enrichissant de faire partager cette passion, cette réalisation que tu es en train de confectionner, car seul, tu y apportes peu finalement à ta création, si ce n'est qu'un bout d'imagination que tu penses innovante ! Enfin, c'est ce que j'en dis...

En parlant de rêve : le mien serait de créer une association qui vienne en aide dans un pays africain, avec une proposition de l'approche éducative totalement différente et qui soit un mix de notre système occidental (amélioré) et de la culture du pays... cela demande des âmes volontaires et entièrement dévouées, quelques financements assez conséquents, mais lorsqu'on verrait le résultat, on pourrait créer quelque chose de magique (en tout cas cela l'est dans ma tête). Nous en reparlons d'ici trente ans ? [j'espère que d'autres personnes sont sur le sujet... (et selon mes souvenirs, oui, car il est proposé au Kenya une école à 4 dollars à peine par mois et de qualité)].

Et aussi...

Je vous fait part d'une phrase qui m'a marquée en ouvrant un livre et en le feuilletant (à propos du rêve évidemment) : "Suis-je le rêve de ce monde immobile ?". Je n'ai en mémoire ni l'auteur, ni le livre; mais si je le retrouve, je le partagerais (c'est un livre très fin).

09/10/2014

Il n'y a que toi qui puisse me lire (035)

Il y avait un artiste dans mon groupe d'anglais. Je le côtoies une fois par semaine, lors de ce cours, depuis plus d'un an. Et c'est seulement maintenant que j'apprends un de ses talents (et encore, c'est un ami qui l'a démasqué [car les vrais artistes sont souvent modestes (pas toujours, il faut regarder ce que faisait Dali de sa personne...)]) ! Tout le monde connaît plus ou moins personnellement un "artiste"; mais qui connaît un "so fucki** brillant" dessinateur que lui ? Safet, c'est son prénom. "The World of Safet", c'est donc son monde qu'il nous expose. Il a mon âge et participe déjà dans des expositions ! Pas étonnant vu son talent ! Un petit tour sur page vous en donnera un bel aperçu : https://www.facebook.com/pages/The-World-of-Safet/5793463...

--

Je me suis toujours posé la question de savoir si vous préféreriez que je laisse intact mon blog une fois que les notes ont été écrites ou que je pourrais les modifier à foison, les enjoliver (encore que, on pourrait se demander aux yeux de qui elles le seraient...), les nourrir. Mais je pense avoir trouvé un bon compromis : faire des ajouts sans jamais modifier (sauf pour faute d'orthographe ou de syntaxe) mes blognotes et signaler cette nouvelle "matière à lire" (ou à ne pas lire, selon l'envie) dans la blognote qui paraîtra le jour suivant (ou dans un futur immédiat [je fais cette précision au cas où un lecteur de 2016 me lirait et se rendrait compte que mon projet de septembre14 de serait plus valable]).

Je vous annonce pour commencer cette nouvelle manière de procéder que j'ai rajouté un paragraphe (le dernier de la blognote) sur le thème des prénoms, car je voulais vraiment mettre au clair mon ressenti face à la désignation des personnes, à l'importance qu'on leur donne, au panurgisme inhérent dont font preuve les parents qui cherchent la mode, ainsi que mon ras-le-bol face aux moqueries effrontées sur les prénoms.

--

Il ne faut pas réprimer ces instants ''revanchards'' où on chercher à tout prix à avoir raison ! Car c'est un sport saint que de débattre, tant qu'on parvient à tourner un peu plus loin du pot et à ne pas trop s'y frotter (ça peut faire mal à la peau et au pot, manque de pot, ce dernier en a pas (je voulais imaginer la suite)). Et aujourd'hui, c'est autour d'un emploie sur l'indicatif ou le subjonctif après une locution restrictive telle que "il n'y a que... qui", que je me suis battu et évertué de montrer que le subjonctif s'employait dans un tel cas. En réalité, les explications trouvées sont confuses et finalement assez souples : les deux peuvent s'employer avec une différence entre les deux très mineure !

Un commentaire pertinent que j'ai trouvé sur forum "études-littéraires", se basant sur la grammaire Riegel : "Tu es le seul qui puisse le faire : C'est pour moi une hypothèse plausible. Mais je ne t'ai pas forcément déjà vu le faire, je ne l'ai pas forcément constaté.

Tu es le seul qui peut le faire : Ma remarque est un constat; j'ai déjà constaté que tu pouvais le faire, je t'ai vu déjà le faire, c'est une réalité."

--

Rien n'est impossible, rien n'est écrit d'avance...

--

Une phrase marquante de la bande-annonce du film "Wild" : "Si c'est au-dessus de tes forces, dépasses-toi".

21/09/2014

Humour, folie, absurde, courir, musique : ou comment vous faire tourner la tête (017)

Pour les sportifs qui s'intéressent à mon parcours ... sportif : j'ai couru un 5km aujourd'hui en 18'30''. Je suis en route pour courir les 10km de Beaufort-en-vallée (49) où je viserais un chrono aux environs de 39-40'. Je me permets de faire un petit point car cela me donnera une idée plus tard du parcours que j'ai réalisé avant de faire de grandes choses (oui parce que j'ai de l'ambition). Enfin, cela dépend de ce qui nous fait rêver à chacun : moi c'est de réaliser un iron-man (un triathlon comprenant 3.8km de nage, 180km de vélo et 42.195 de course à pied) dans ma vie, et vous ?

--

"Shining", de Stanley Kubrick

J'ai enfin pu voir ce film dont on me parlait tant en bien. Et je n'ai pas été déçu (en même temps qui peut l'être par Stanley Kubrick ?) ! Quelle sensation de bonheur et de frayeur en voyant l'image culte où il sort la tête de la porte qu'il vient de découper à la hache !

La bande-annonce est malheureusement très moyenne et pas à la hauteur du film. Shelley Duvall est je troue très mauvaise dans son rôle (je ne l'ai jamais vu dans un autre film); contrairement à Jack Nickholson qui excelle dans son rôle de fou furieux. Ce film joue entre démence, tension et suspense. Un chef d'oeuvre tout à fait dans la veine, selon moi, du roman de Stephen King (malgré que lui-même se plaint d'une version pas en phase avec son scénario [il a d'ailleurs supervisé sa propre version, plus fidèle selon lui à ce qu'il a écrit]).

--

Types d'humour : noir vs absurde

Doit-il y avoir absolument compétition entre les deux (oui, vous pourrez constater mon caractère diplomatique) ? Ils pourraient se compléter selon une de mes professeurs qui en a fait une excellente démonstration lors de son cours en nous racontant comment ils étaient obligés de couper des corps humains pour les faire rentrer dans des cercueils trop courts pour qu'ils soient mis en entier. Le monde est absurde par nature, c'est nous essayons trop de le raisonner, ou pas assez. L'absurdie, ce monde qui fait rêver et cauchemarder à la fois. Je suis un grand fanatique de l'humour absurde et si je devais choisir je garderais celui-ci; mais définitivement l'humour noir me fait rire aussi et est en quelque sorte, parfois, une sous-catégorie de l'absurde.

--

Allez chercher dans les albums des groupes ou chanteurs que vous aimez, les pépites sont souvent celles qui sont les moins partagées, celles qui vous toucheront vous personnellement, ou toucheront vos oreilles, votre esprit (voici mon conseil du soir).

Je vous dis cela car j'avais particulièrement apprécié "Carmen" et avait été déçu par la sur-médiatisation de ses autres chansons prenant le dessus sur celle-ci. Et ce soir, je suis tombé sur une de Fauve qui m'a retourné le cœur et que je voulais partager avec vous "Sainte Anne" (ne me demandez pas pourquoi elles ont toujours un prénom de fille...).

La chanson est d'abord et avant tout un texte, rempli de phrases chocs comme savent le faire les membres du groupe Fauve : "Je suis devenu tellement livide à faire sourire un génocide."

Certes, certains (la répétition m'a fait mal aux doigts) vont penser que le clip est inexistant... or, il est là, peut être comme un message... peut être comme une ode à la réalité... qui sait ? Chacun se plaît à imaginer comment il veut voir le monde, et c'est cela qui fait sa force et sa diversité.