Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2015

Icosathlon [J-3] (334)

C'est quoi ce titre barbare, tu vas encore nous sortir ta science grecque, c'est ça ? Pas du tout ! Je n'ai pas de notion au-délà du décagone, du décathlon, du décamètre (à part le double décamètre !), mais je sais que l'icosathlon, c'est 20 épreuves ! Vous connaissez le décathlon ? Non, pas le magasin, l'autre décathlon ! Oui, celui où les hommes retirent leur t-shirt et font un tour de stade après avoir été au bout d'un 1 500m qui concluait deux journées d'éprouvantes disciplines qui ont mis leur corps à rude épreuve. Eh bien, l'icosathlon, c'est deux fois plus fun ! Au programme : du triple-saut, du lancer de marteau et surtout des épreuves de fond comme le 3 000m steeple, le 5 000m et pour parachever le tout, un 10 000m. Et les 20 épreuves, en deux jours ! Il faut être sacrément "barge" pour faire cela. Je ne comprends même pas pourquoi nous ne sommes qu'une soixantaine d'inscrits... alors que tout le monde est le bienvenu, sans qualification requise ;)

Pour réaliser cette compétition pas vraiment connue (même de ceux qui pratiquent l'athlétisme), je vais m'envoler pour Tartu, une ville qui dépasse tout juste les 100 000 habitants et qui est la deuxième plus grande ville d'Estonie (après Tallinn, la capitale qui en comporte 400 000). Là-bas, on parle l'estonien principalement. Merci "google traduction" pour me suggérer "tere" (et sans le petit microphone pour entendre la prononciation :/) pour dire "bonjour". Sinon 30% de la population a le russe comme langue maternelle; je pourrais peut-être sortir une dizaine de mots glanés lors de ma première année d'étude de cette langue et ainsi renforcer mes acquis ! Au pire, l'anglais fera l'affaire (38% la comprennent selon Wikipédia [recherches on fire !]).

Dans tous les cas, cette petite semaine, dans ce petit pays vont mettre mes connaissances linguistiques à très rude épreuve. Les icosathlètes viennent de pas moins de douze nationalités différentes. En quelle langue je vais conversé avec les hollandais qui seront avec moi à l'hostel les premiers jours ? L'aventure nous le dira ! 

Je dois vous laisser car mes valises ne sont pas encore tout à fait prêtes à quelques heures du départ. Hâte de découvrir une culture très peu connue, dont on n'a que des préjugés (proche de la Russie, ex-soviétique, donc forcément baignée dans le crime, rien d'intéressant à voir). Mes jambes, mon corps répondent bien aux derniers entraînements. Mon esprit va s'affranchir peu à peu de toutes les barrières, après une petite adaptation, afin de rentrer sur le stade avec une seule envie : s'amuser et libérer les chevaux (oui, je me compare à un objet mécanique, mais en réalité, je suis humain (l'icosathlon est-il un format de compétition pouvant être décrit comme "humain" ? réponse dans 4 jours, après le 10 000m !)).

Sportivement,

Un futur convalescent ;) (préparez-moi un lit bien douillet pour le mois qui suivra...)

00:35 Publié dans Icosathlon | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire