Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Suri'cat

    Je crois que ce titre va faire sensation... contre ma volonté, puisque je ne voulais qu'écrire le nom de cette équipe de malades qui nous ont concocté un film (assez court : 1h15) d'une drôlerie et d'une efficacité que vous ne pouvez que vous imaginer si vous le regardez ! Déjà 1.7 million de personnes se sont laissées tenter. La bande-annonce annonçait déjà ce succès, ces humoristes s'imposent de plus en plus sur la sphère et nous préparent peut être des projets pour le grand écran (celui-ci n'ayant fait l'objet que de quelques événements et sa diffusion étant gratuite sur ''Youtube'' et financée par des placements assez subtils puisqu'ils ne m'ont pas particulièrement attiré l'attention). L'humour cocasse, le scénario, le jeu des acteurs... tout est sublime et pas seulement au niveau des moyens, même si on leur en avait donné, pas sûr qu'il serait mieux, parce qu'ils se sont humainement vraiment donnés !

  • Huma(i)n

    J'ai eu l'immense privilège de rencontrer Yann Artus Bertrand ce lundi 23 novembre lors d'une projection d'une version courte (2h10) son nouveau film "Human". Dans sa version cinéma le film dure un peu plus de trois heures. Et ce n'est qu'une infime partie de ce qui a été tourné puisque Yann nous racontait qu'une version de vingt-cinq heures a été diffusée dans un musée et que certaines personnes étaient prêtes à le voir en entier tellement c'était addictif (mais aucune certitude que quelqu'un l'ait fait). Human traite des sujets universels très larges tels que l'amour, le bonheur, la guerre, la maltraitance, les rêves, les cauchemars en interviewant des personnes de populations très variées. 

    Il y a des moments hilarants comme lorsqu'un Africain raconte sa passion pour la moto et surtout sa première acquisition dont il est devenu fou au point de l'héberger dans sa chambre. Il explique que s'il avait pu la mettre sous ses draps, il l'aurait fait ! Et il y a d'autres moments plus tristes, d'autres plus choquants comme ce soldat américain qui dit sans tituber être addict à la sensation de tuer des personnes. Ces interviews sont entrecoupées de paysages somptueux, parfois immenses où l'on voit des petits points mouvants ou parfois remplis de personnes qui deviennent le paysage. Seul petit regret (mais qui est en même temps sa marque de fabrique) : ces séquences sur la nature qui durent une éternité...

    Merci Yann pour ce formidable travail et merci La fondation Bettencourt pour financer celui-ci et permettre qu'il soit accessible à tous en libre accès.

    Une interview qui a ému à juste titre la toile (et que je n'ai pas vu dans la version courte) : 

  • Plus grands le matin

    Je sens que certains vont prendre leur rendez-vous annuel médical plutôt le matin désormais ! Inutile, puisqu'il faudrait se lever dès le réveil et filer à toute allure pour se faire mesurer... Mais en sachant cela, on va se sentir puissant désormais le matin ! 

    -Profitons de cette vue imprenable de deux centimètres plus haut que celle que j'aurais ce soir !

    Scilabus est une chaîne youtube réalisée par une femme scientifique qui vulgarise certaines données scientifiques et répond à des questions que l'on s'est tous déjà posé une fois ou à des dires qui circulent sans le raisonnement qui va avec. 

    Bon, je vais dormir, je me sens trop petit tout à coup.

  • Éc(h)ole

    Un nouveau documentaire montrant des initiatives isolées dans l'éducation qui redonne un peu d'espoir dans l'avenir de l'enseignement. Seulement, quand est-ce la que la relève comprendra qu'il faut reprendre là où les résultats sont concluants et pas là où l'éducation nationale s'arrête (et pareil pour cette institution qui devrait se rendre compte de ces initiatives et les valoriser, plutôt que de les rejeter) ? 

    --

    Une suite 13 ans après "Le Monde de Némo" va sortir l'année prochaine et s'intitulera "Le Monde de Dory". Pixar ne pouvait pas choisir un meilleur personnage pour faire la suite des aventures des petits poissons qui vivent des aventures extraordinaires. Bientôt ce ne sera plus "avoir une mémoire de poisson rouge" mais "avoir la mémoire de Dory". On peut dores et déjà prévoir un grand succès pour ce film d'animation en regardant la bande-annonce très drôle : 

  • Pas si scratastrophique

    Le court-métrage d'animation pour annoncer la sortie prochaine de l'âge de glace 5 avec en personnage principal, le désormais célébrissime Scrat vient de sortir et est drôle (chute originale) et émouvant (moments de l'histoire mis en scène et jeu avec l'univers), comme nous pouvions l'espérer. 

    --

    Zep, le dessinateur de la bande-dessinée Titeuf, publie quelques planches sur un blog du Monde assez régulièrement. En septembre 2015, il proposait des dessins sur les événements en Syrie qui ont eu une portée plus large grâce aux médias, mais qui ne sont pas arrivés à toutes les consciences. On retrouve Titeuf et les autres personnages de la bande-dessinée dans un contexte de guerre... ce qui provoque un grand bouleversement dans le ton des bulles, et nous immerge dans un monde pas drôle du tout. Bravo Zep et merci pour mettre en image ce que les mots ne peuvent pas (toujours) dire. 

    http://zepworld.blog.lemonde.fr/2015/09/08/mi-petit-mi-grand/

  • Des dégâts importants

    Une frappe américaine a tué le chef du groupe Etat islamique en Libye. Enfin une bonne nouvelle dans cette fin de semaine très sombre. Comment peut-on se réjouir d'une mort ? Je vous assure qu'il y a des personnes (une très petite poignée) qu'on préfère voir allongée à jamais que face à soi sans défense pour qu'il y ait 'match'. Et pourquoi avoir attendu un jour où l'on gagnait contre l'équipe tenante du titre mondial de football ? Un vendredi 13 de surcroît. A présent, une certaine paranoïa va emparer une très large majorité des humains à chaque fois que ce jour croisera ce nombre. Les actions menées contre Paris, contre la France, contre des personnes innocentes sont terribles, injustifiables et actions de terroristes qui ne respectent même pas la religion qu'ils prétendent défendre.

    Comme j'ai pu le lire sur un message véhiculé sur Facebook : ne soutenons pas seulement les familles des victimes françaises de ces attentats; mais toutes les familles de victimes dans les pays en guerre où ces fusillades, explosions sont le quotidien et où la peur est permanente.

    --

    La décision de maintenir la COP21 est ESSENTIELLE. Déjà que nous ne parvenons pas en temps normal à interpeller les politiques sur l'environnement, alors quand l'occasion se présente, il faut la saisir. Le mouvement créatif autour de cet événement est d'une très grande ampleur et montre l'envie de changement et l'importance de ce sujet. Un peu de compassion pour les banquises qui réclament davantage de glaçons mais n'obtiennent pas gain de cause depuis plusieurs dizaines d'années : 

    --

    J'ai été vivement "sermonné" par une de mes professeures sur l'utilisation incorrecte que j'ai faite du mot "conséquent". Nous ne pouvons pas utiliser ce terme dans le sens "d'important". La seule signification qu'il revêt est : "la suite logique de, en accord avec" (exemple : sa conduite est conséquente à ses principes). J'avais déjà lu cette information, mais mon cerveau ne s'est pas adapté à ce changement; ce qu'il devrait faire désormais. Comme je suis le premier à dire qu'il ne faut pas négliger notre français, je relaie l'information, en espérant que vous en ferez bon usage.

  • Gros son et petit budget

    J'adore cette grosse farce que m'a fait Aldebert lorsque j'ai cliqué par curiosité (vous savez : ce système de cliquer sur des vidéos similaires à celle que vous regardez et qui peut parfois vous emmené très loin !) sur sa chanson sur youtube. On y voit un public très jeune, et une musique très douce au commencement et des paroles adaptées au public. Et là, surprise : ça dégénère; pas dans les paroles, mais dans le "son" qui mérite alors son adjectif préposé "gros". 

    --

    J'ai pu lire que la mission indienne pour mettre en orbite une sonde sur mars a coûté moins chère que de tourner le film "Gravity" ! 74 millions de dollars pour la première, 100 millions pour le second. Ce serait ainsi la mission la moins chère pour cette opération, loin, très loin devant les 386 millions dépensés par l'ESA (Agence Spatiale Européenne). Certes, on peut s'interroger sur les conditions de travail dans ce pays; mais je crois fermement qu'étendre aux pays asiatiques, africains et sud-américains les missions spatiales pourrait nous apporter pour innover dans le lancement des vaisseaux, dans la conception de ceux-ci, etc. Le premier homme sur mars sera-t-il indien ?