Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature - Page 2

  • Locos (015)

    Ce qui est bien dans la vie, c'est qu'il y a des fous partout ! Ne me demandez pas pourquoi mais je me prends pour un de ceux-là, même si je suis peut être (après tout pourquoi pas ?) parfaitement normal. Je planifie de faire un icosathlon (20 épreuves d'athlétisme en deux jours), également appelé double-décathlon en Estonie, en août 2015 !

    --

    J'ai abandonné (que ce mot me fait mal, je n'y suis pas habitué) le sommeil polyphasique pour plusieurs raisons :

    *manque de rigueur dans les siestes qui étaient parfaitement impossible à poser à horaires fixes

    *envie trop forte d'avoir une vie sociale plutôt que d'aller dormir pour gagner trois heures pour sa poire... même si je savais qu'au fond je le faisais pour eux, pour être un meilleur moi le lendemain

    *courbatures dues au manque de sommeil profond (dû certainement à l'adaptation)

    J'ai beaucoup de regret de devoir arrêter après seulement dix jours, mais je sentais que je ne pourrais pas garder le rythme en devant sauter une sieste (ce qui n'est absolument pas possible de faire... les 3 de 20' sont primordiales). L'expérience m'a permis de re-vivre à des horaires méconnus et de pouvoir m'initier à quelques petites choses bien sympathiques (breaking bad, quelques films, quelques lectures, approfondissement des cours, etc.). J'aimerais retenter l'expérience sur une période de trois mois quand j'aurais stabiliser ma situation.

    --

    Celui-là n'est pas fou... mais ceux qui le suivront le seront peut être (ou pas !) ! Ce compte twitter publie 140 caractères du Quijote de Miguel de Cervantes chaque heure jusqu'au 22 avril 2016 (date du 400ème anniversaire de sa mort) :

    https://twitter.com/elquijote1605

    Evidemment un algorithme lui permet de dormir sur ses deux oreilles et de ne pas avoir à découper en 17 000 fragments l'une des œuvres les plus connues de la littérature espagnole, qui fait près de deux millions de caractères.

    --

    Le HuffingPost que je pensais sérieux à l'air de poster ses articles les plus racoleurs sur son Facebook et c'est bien dommage ! Quel type de journalisme veulent-ils nous montrer en nous informant d'une fuite à l'Elysée (et en nous disant que c'est une information essentielle !) ? C'est triste de tomber si bas pour obtenir quelques "j'aime"...

    Lisez plutôt Revue XXI, du journalisme bien renseigné, et bien fourni : des reportages écrits de dix pages, des reportages photos commentés, la présentation de personnes influentes, des actualités passées au crible. Et si vous avez l'occasion de toucher des yeux leur bi-mensuel 6mois (j'ai l'impression d'avoir fait un horrible pléonasme)... FAITES ! J'espère que le nombre de pages ne vous rebutera pas, car le résultat est là.

     

  • Idées volatiles (012)

    Je n'ai encore jamais vu d'étoile filante de ma vie.

    --

    "Si les monnaies étaient remplacées par des pierres, on arrêterait de s'en jeter''.

    Ceci est une petite réflexion que je me suis faite en parcourant les rues de Barcelone (qui est une ville splendide) et en voyant que l'argent régissait beaucoup de choses aujourd'hui. Je ne suis pas tombé de haut je vous rassure, mais voyager dans une ville très touristique peut devenir vite coûteux (même si cela l'est déjà pour arriver jusque là-bas. Je trouve par exemple qu'il est triste de voler incessamment des vélos dans cette ville qui mériterait d'avoir davantage de cyclistes... En effet, même si la population est essentiellement piétonne, la ville est grande et chacun pourrait découvrir des joyaux sur une étendue plus grande et par la même occasion faire du sport et diminuer la pollution des villes (car les transports en commun sont très consommateurs, ne nous leurrons pas non plus quant à leur sujet... certes moins que la voiture... mais beaucoup plus que la marche ou le vélo !). J'espère que lors de mon prochain séjour je pourrais préserver ma bicyclette du début à la fin et ainsi vivre une expérience encore plus extraordinaire !

    --

    Je suis actuellement en train de lire Nos étoiles contraires de John Green et je suis absolument charmé par son écriture qui est très fraîche, drôle, et ... ah ! je vais dévorer ses œuvres lorsqu'elles seront dans les bibliothèques municipales (car 16€ le bouquin ça fait un petit peu chère)! Rajoutez une histoire pleine d'optimisme et d'humour et vous avez un cocktail explosif, comme Grace... qui est une perle fictive qu'il faut savoir ne pas négliger dans la réalité (car elle pourrait très bien exister cette personne (je veux dire, quelqu'un dans la même situation avec le même caractère [je ne parle pas de l'acteur])). John Green est un homme avec un grand cœur, tout comme Bill Gates qu'il a accompagné dans son voyage en Ethiopie récemment. Il fait également des vidéos de 3' à 5' généralement, très dynamiques et drôles que je vous recommande pour apprendre pleins de choses et se divertir !

    --

    Voici la bande-annonce de la première partie de Hunger Games 3 ! Il sera le 19 novembre au cinéma, trop hâte !

    Mention spéciale pour la musique sifflante de fin qui est juste épic, elle mérite, même pour ses trois secondes sur la bande originale, un oscar !

  • Théâtre contemporain et théâtre con - temps - peau - rein (009)

    Un ami m'a recommandé de lire une pièce très courte de Jean Luc Lagarce ["juste la fin du monde"] après lui avoir dit que j'adorais l'écriture contemporaine et j'ai dévoré les soixante-quinze pages en un peu plus d'une heure et demie (je ne suis pas spécialement rapide à la lecture [j'ai entendu parler de cours, de livres et méthodes pour s'améliorer... je vous en reparlerais si un jour je teste !]). Je suis définitivement charmé par cette écriture moderne, avec toutes les libertés données à l'auteur, celles de dire le monde tel qu'on le pense (même si on doit se reprendre trois fois pour le penser), celles de philosopher et de ne pas juger pour autant l'attitude de celui-ci ou de celle-là, de les accuser puis de se raviser, de faire partir en éclats une intrigue qui paraissait importante, de revenir plus tard sur un détail, d'entremêler les scènes, de les montrer sur le papier comme si on les montrait sur l'écran, etc. Ce que je peux juste vous dire sur ce livre (qui vaut définitivement le détour) est que le monde est bien silencieux... ou trop bavard !

    --

    Explicite [interdit aux moins de seize ans]

    Battle royale, ce film est une tuerie. Humour noir à part, je recommande ce film à tous ceux qui ont adoré Saw et Hunger games qui sont certes deux univers très différents, mais pour tout ceux qui sont assez éclectiques, ce film est jouissif ! Les règles sont simples, une classe a été emmenée sur une île déserte, il ne restera qu'un vainqueur, tous les coups sont permis...

    --

    Ce midi, au détour du repas, la question du végétarisme et du végétalisme est revenue au goût du jour. Nous nous sommes accordés avec un ami que nous nous lancerions sans doute dans un avenir plus ou moins proche (davantage proche pour moi [d'ici six mois, je pense]) sur un mode de vie végétarien. Les souffrances infligées aux animaux, les pertes en eau et en hectares impressionnantes, la pollution industrielle pour fabriquer du lait, sont les motifs principaux d'un tel désir. 16 000 litres d'eau pour produire un kilo de bœuf : ça vous choque pas ?

    Si vous voulez vous renseigner sur le sujet, je vous conseille l'excellente conférence de Gary Yourosky qui tient un discours très documenté, très puissant, qui vous montrera la réalité de notre monde : https://www.youtube.com/watch?v=9ivPJUypbVs

    Devenir végétarien n'est pas égal à rentrer dans une secte; cela ne vous coûtera pas beaucoup plus cher (et aura des impacts positifs sur votre mental), et cela peut contribuer à sauver des millions de vies de l'autre côté de la terre (car des millions de km² sont actuellement utilisés pour la production intensive de viande bovine alors qu'il suffirait à peine 1% de ces terres pour pouvoir nourrir le monde entier). Nous n'avons pas besoin (c'est nous qui le créons) de manger des animaux. Chacun fait comme il veut, mais maintenant, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

    --

    En rentrant chez moi, mes parents m'annoncent que désormais nous boirions dorénavant l'eau du robinet dans des bouteilles en verre. J'approuve de mille cœurs (même si j'en ai qu'un) cette décision et invite tous ceux qui le peuvent (99.99% de la population française) a en faire de même, pour des raisons évidentes (coût inférieur, plus pratique à transporter, et moins de pollution (gardez un peu de pétrole pour vos voitures !); le tout pour une eau presque plus pure et dont la qualité gustative est identique). Militons

    --

    "L'intelligence, c'est la chose la mieux répartie chez les hommes parce que, quoiqu'il en soit pourvu, il a toujours l'impression d'en avoir assez, vu que c'est avec ça qu'il juge." René Descartes

  • Mooc ''écrire une oeuvre de fiction"

    C'est un outil fabuleux qu'internet... quand on sait l'utiliser ! Que de fois j'ai pu entendre cette banalité qui sonne à moitié vrai, à moitié faux et qui me fait retourner les neurones plusieurs fois avant de comprendre le sens qu'elle avait dans la tête de celui qui l'a prononcée. Je crois davantage que nous savons tous, plus ou moins, consciemment ou non, utiliser sans problème internet, mais notre usage dévie souvent de l'idée première pour plusieurs raisons :

    *une mauvaise orientation du système de recherche utilisé, qui vous conduit parfois à des publicités pour se rentabiliser, et devient fort pénible (en plus de prendre du temps et de ralentir vos recherches)

    *la grande diversité de sources qui nous amène parfois à la comparaison entre plusieurs avant de s'en choisir une, ou tout simplement, un éveil de notre curiosité qui nous oblige à ouvrir la même information sous des formes différentes

    *une volonté trop tenue dans sa recherche, et vos efforts deviennent vains, vous devenez oisifs et ne maîtrisez plus vos doigts qui vous font parcourir l'immensité de la toile

    [...]

    Il est parfois donc, difficile de s'y retrouver sur le net, d'aller droit au but. Mais je vous rassure, il y a de bonnes adresses [on s'en fait tous une liste personnelle -> j'espère que mon blog fait partie de la vôtre :p], qui nous permettent de nous concentrer uniquement sur ce qu'on était venu faire sur le web [vous avez-vu comment j'évite les répétitions depuis le début ?]. Et dans ces adresses, il va falloir ajouter, à mon sens, Neodemia ! [OUI ! Toute cette dissertation pour vous présenter ce site !].

    Les moocs, ces cours gratuits, offerts par de grandes universités, par des particuliers aux profils divers, menant parfois à des certifications, ne cessent de se développer depuis deux années, essentiellement en langue anglaise. Quelques moocs français apparaissent depuis peu et c'est le cas de celui que je vous présente aujourd'hui : "écrire une oeuvre de fiction".

    Vous êtes écrivain, mais vous n'arrivez plus à vous "mettre à la tâche" ? Ce mooc est fait pour vous. 8 semaines de cours, 40 maximes, devraient vous remettre sur le droit chemin et faire émerger en vous votre talent. Petit bonus : il y a une petite émulation dans la communauté inscrite à ce mooc [900 pour l'instant] car il y a un enjeu pas négligeable : un auteur sera choisi et fera l'objet d'un accompagnement pour une éventuelle publication ! Alors, à vos plumes, prêts, écrivez !

    https://neodemia.com/

  • Au bonheur des ogres (film inspiré du livre de Daniel Pennac)

    C'est un film déjanté, drôle, et verse rarement dans le drame comme certains ont pu le classer (d'autres le range parmi les comédies, ce que j'accepterais plus volontiers). Je n'ai pas lu le livre, mais cette adaptation est drôlement réussie (indépendamment de l'original). J'imagine très bien un Daniel Pennac ayant un peu l'imagination d'un Boris Vian : l'apparition répétée d'une girafe (dans le film), me fait penser qu'il possède un brin de fantaisie comme le piano-cocktail de Boris Vian dans L'écume des jours.

    Vous retrouverez parmi les acteurs/actrices : Bérénice Béjo (révélée pour "The artist") et Guillaume de Tonquédec (révélé par la série "fais pas ci, fais pas ça" sur France 2 -> qui revient d'ailleurs le 30 octobre pour une nouvelle saison !).

    J'ai eu également le plaisir d'être étonné par des phrases tordantes et cinglantes comme : "ah bah la plupart du temps il est dans la lune, il ne redescend que pour se mettre dans la merde" ou "j'ai vu des choses horribles dans ma carrière, mais votre pyjama tient le haut du pavé" !

    Appréciez cette bande-annonce :

    Edit du 28/12 : après lecture du roman de Daniel Pennac, je confirme que cet auteur est bourré d'imagination et a un humour cinglant. Il utilise des métaphores assez tordues mais subtiles, créé une atmosphère enfantine alors même que les explosions sont plutôt du monde des adultes (mais cet écart est particulièrement bien trouvé), et surtout, ses personnages (caricaturaux à souhait) son super attachants comme ce Benjamin Malaussène qui travaille comme "bouc-émissaire"...

    Je ne trouve pas très utile le rajout du sonotone du petit, qui serait à la rigueur accepté pour Benjamin dont on sait qu'il perd l'audition suite aux explosions... Et certaines scènes ont été réarrangées pour la fiction : la bombe de Jérémy devrait exploser dans son école et pas dans sa chambre (peut être est-ce pour resserrer l'intrigue dans des espaces peu nombreux). Cela ne m'empêche pas d'avoir beaucoup apprécié l'adaptation cinématographique, qui même après la lecture de son homonyme littéraire, mérite amplement le coup d’œil !

  • Julio Cortázar - Un poco de lectura !

    http://www.taringa.net/posts/links/1439322/Cortazar---Algunos-cuentos-para-leer-online.html

    Julio Cortazar est un très grand nouvelliste argentin à la renommée mondiale dans la sphère hispanophone et bien au-delà (grâce aux traductions qui en ont été faites). J'ai découvert cet auteur en français, avec une très belle nouvelle mettant l'écrivain lui-même en abyme : "La continuité des parcs". Le lien (ci-dessus) vous conduira sur un site répertoriant des liens menant aux écrits dans sa langue maternelle (l'espagnol). Evidemment si vous ne parlez pas espagnol, je vous recommande très vivement tout de même de les lire dans leur version française, tout aussi délectable.

     

     

  • Drôlerie de la langue

    On dit que quelque chose prête à confusion, mais sait-on quand confusion le lui rendra ?

  • Quelques phrases

    "Il venait d'échouer, de tout perdre : la conviction d'un possible secours, le sens de la vie, la seule possibilité qui lui restait de retrouver, un jour, son ancienne intégrité physique. Cet accident resterait gravé à vie dans son dos si aucune intervention médicale ne lui était prodiquée et en l'état il était impossible pour le moment qu'on la lui fisse. Comment allait-on lui venir en aide sur cette île perdue ? Qui savait où il se trouvait ? Qui saurait et par quelle invention miraculeuse le localiser ? Quelle erreur que de n'avoir communiqué à personne son expédition. Les conséquences de cet acte seraient désastreuses, et ses remords incommensurables se sustenteront à jamais de sa défaillance."

     

    Voilà quelques lignes choisies au hasard parmi celles de mon incipit, je sais que vous pouvez pas vous en faire une idée complète et totalement justifiée, mais je voudrais tout de même avoir votre avis, du moins, sur ce qui est de l'écriture, si ce n'est pas trop lourd, si c'est vif, percutant ou c'est au contraire, quelque peu ennuyant et dépourvu d'intérêt. Critiques à vos claviers, je suis preneur !

  • Un projet qui pourrait devenir sérieux

         Voilà deux semaines que j'ai cette idée en tête qui me titille et je me rends compte que je n'en ai pas parlé une seule fois. J'ai en point de mire un projet que je garde secrètement (aussi caché au fond de moi que ne l'est la recette du coca au fond d'un coffre-fort). Un projet pas si singulier quand on le regarde de loin, mais qui le devient lorsqu'on le regarde de plus près. Un projet peu banal mais qui tend à le devenir s'il n'est pas correctement mené. Voilà maintenant une dizaine de jours que cette idée se nourrit de mon imagination, de mes souvenirs et grandit, se développe, prend forme. Je veux parler là d'une idée de roman. Comme je suis en pleine phase de réflexion, je n'ai aucune idée de par où cela va partir et je ne préfère pas m'avancer sur un sujet aussi délicat.


    Ce qui est sûr c'est que je vous mettrai au courant des possibles avancées, en postant des fragments de texte ou tout simplement en vous donnant quelques indices sur l'avancée, la tournure que prendra le roman. En espérant en venir à bout de ce "challenge" (je n'aime pas les anglicismes, pourquoi n'ai pas utilisé plutôt "défi" ?) et donner un résultat satisfaisant. Car mon objectif premier est bel et bien d'être lu et mon plus grand plaisir serait que cette lecture soit fructifiante pour le lecteur.

    Si vous avez des conseils ou des recommandations, n'hésitez pas à commenter cette note ou à me contacter dans la section prévue à cet effet. Merci à tous ceux qui lisent ce blog depuis ses débuts (que le temps passe vite, déjà bientôt deux mois !).

  • Marc Lévy - Sept jours pour une éternité...

    Je vais le dire tout de suite et cela va trancher en deux les avis que je respecteraient tous comme il se doit, je ne suis pas un fan de cet auteur à l'origine. Du moins, ne l'ayant jamais lu, les commentaires et critiques que j'en ai entendu, j'ai cru avoir affaire à un auteur gnan-gnan qui décrit perpétuellement une vise rose. Finalement, je me suis aperçu qu'il méritait ses miliers de bouquins vendus (en même temps quel écrivain ne les mérite pas ? tiens cela pourrait être la question d'une nouvelle note !) et la traduction de ses livres en 45 langues.

    Résumé : Une histoire d'anges et de démons. D'une part, il y a Dieu; de l'autre Lucifer. Ici on veut le Bien, là on veut le Mal. Les deux meilleurs de chaque camp vont devoir se confrontrés durant sept jours pour prendre le dessus sur l'autre. Mais chaque dirigeant n'avait pas prévu l'issue de ce duel...

    Mon avis : C'est un roman plutôt bien rythmé avec une poésie telle que j'aime. Il contient un vocabulaire technique sur les voitures, et le monde naval dont je ne suis pas fana mais cela n'est pas génant du tout. Une lecture facile et rapide des 310 pages non pas de délice, mais d'un léger plaisir qui lorsque le dénouement arrive se sort indemne. On se sent bien. Ce n'est pas un livre exceptionnel, mais je suis loin de regretter cette lecture.